De Coyhaique à Villa O'Higgins-Fin de la Carretera Austral

Publié le par vadrouillavelo

 

  Le 3 mars 2012 

De Coyhaique à Villa O'Higgins

Fin de la Carretera Austral

 

 

Hola todos !

 

Au départ de Coyhaique, on avait l'intention de prendre un bus pour aller jusqu'au croisement au bout du lac General Carrera, mais la grève n'est pas finie et il n'y a toujours pas de carburant. Tant pis on part à vélo, on passe un premier barrage sur la route, les manifestants nous laissent passer mais les camions et voitures restent bloqués ; je ne peux pas m'empêcher de crier en levant le poing en passant :«  hasta la victoria siempre !!! « ; ça fait rire tout le monde ; à 20 km, un autre barrage, on continue mais au bout d'un moment, un flot de voitures arrive, c'est le moment de faire du stop. On n'attend pas longtemps, une camionnette s'arrête, les vélos sont mis sur le toit, nous dedans et nous voilà partis pour Puerto Bertrand.

 

 

  P1030960

 

 

 

P1030894

 

 C'est génial, on gagne 4 jours de vélo et on a déjà fait ce tronçon l'an dernier. Sur la route plusieurs barrages ; les manifestants nous font attendre 2 heures à chaque fois ; mais c'est pour la bonne cause et l'ambiance est à chaque fois très sympa ; ils chantent et jouent de la musique et de temps en temps hurlent des slogans.

P1030822

 

On fait la fête avec eux.

P1030829

 

 

 

P1030904

 

 

  Puerto Bertrand est un joli village au bord du lac, on le longe, il se poursuit par le rio Baker, bleu émeraude ; c'est le point de départ pour les expéditions vers le champ de glace nord ou les descentes en rafting sur le Rio Baker, le plus grand fleuve chilien.

 

P1030900

 

 On continue sur la Carretera Austral vers le sud, paysage très vallonné, peu d'arbres, une végétation très rase, avec ce rio omniprésent qui creuse son lit parfois profondément.

P1030954

 Le chemin est mauvais, de la tôle ondulée, on ne sait pas où rouler, heureusement il n'y a pas de voitures. Cochrane, dernier bourg digne de ce nom sur la route australe ; la vallée s'élargit, la ville est étendue, ça fait bizarre, ils ont fait d'immenses avenues à double voies alors que la ville est déserte, il y a très peu de voitures indépendamment du fait qu'il n'y a pas de carburant. Le soir une manif défile dans la ville. Le mouvement n'est pas terminé. Les restau vont se faire rares pendant un moment, alors on décide d'aller poser nos fesses quelque part mais dans cette ville déserte, il n'y a que quelques fast-food chiliens qui font des sandwichs plein de mayonnaise et de saucisses bien grasses ; on prend un pichanga...normalement un plat énorme avec de la salade, tomates, morceaux de saucisses et de viande recouvert d'une montagne de frites, mais celui là est on ne peut plus décevant ; tant pis pour nous...La journée suivante est difficile avec beaucoup de dénivelée et un chemin tellement mauvais que les sacoches en arrivent à se décrocher, mais le soir on monte la tente au bord d'une rivière, endroit idyllique pour bivouaquer.

 

P1030930

 

Le lendemain le chemin devient nettement meilleur, quel bonheur ! On fait 71 km ; on longe 2 lacs, toujours ces sommets enneigés vers lesquels on a l'impression de se rapprocher.

 

P1040059

 

P1030952

 

Traversée de plusieurs forêts de résineux,

 

 P1030876

hêtres avec des buissons de fuchsia en fleurs, des fougères et de ces immenses feuilles à la tige pleine de piquants qui nous font une haie d'honneur, les nalcas.

 

P1030970

 On se sent de plus en plus en Patagonie ; de rares fermes devant lesquelles paissent des moutons, des chevaux ; des barrières en bois entourent toujours les propriétés.

P1030938

 

 

 

  P1030964

On croise un couple de paysans ; ils vont chercher des troncs d'arbres avec leur charrette attelée à 2 bœufs énormes. Ils s'arrêtent, on discute un moment. J'aurais dû leur dire que leurs bœufs auraient eu un prix en France, tellement ils sont beaux.

 

 

                             P1030931

 

 

On fait un détour pour passer par Caleta Tortel avant d'aller à Villa O'Higgins. Le village est situé au fond d'un fjord alimenté par deux glaciers. Les maisons sont reliées les unes aux autres par un réseau de passerelles en cyprès.

                          P1040001

 

 

P1030985

 

P1030992

 

 C'est un village de pêcheurs accroché au pied d'un escarpement abrupt ; le détour en vaut vraiment la peine, un bout du monde.... La route s'arrête ici. C'est un endroit tellement exceptionnel qu'on y passe 2 nuits. Le temps est maussade, il pleuviote ; on sillonne le village par les passerelles ; ici les gens sont pour la plupart pêcheurs ; on en profite pour manger une soupe de poisson et un ceviche de saumon, un régal ; on se soigne quand-même …

Au sud de Caleta Tortel, la route est bordée de torrents et de forêts vierges ; on croise un huemule, cervidé de Patagonie en voie de disparition. A Puerto Yungaï, un bateau de la marine nationale nous emmène gratuitement à l'extrémité du fjord sur le rio Bravo et nous devons pédaler sur un mauvais chemin pendant 100km pour arriver au nord d'un bras étroit du Lago O'Higgins. Nous parcourons ces 100km en rencontrant en tout et pour tout un homme et 2 cavaliers : juste 2 ou 3 maisons sur ce chemin, ce sentiment d'isolement total est intéressant, on ne peut compter que sur soi-même.

 

P1040044

 

 

P1040073

Le paysage est très vallonné, il y a de l'eau partout, végétation luxuriante et tourbières ;

 

P1040068

on a du mal à trouver un endroit plat et sec pour monter la tente. On se met juste le long du chemin, mais de toute façon, personne ne passe.

P1040049

 

Le silence absolu, c'est super. Encore un bivouac et on arrive en fin de matinée dans la petite ville mythique de Villa O'Higgins, après avoir contourné le Lago Cisnes, terminus de la route australe.

 

P1030850

 

 

P1040082

 

 

 Beau dans son isolement, le village est entouré de lacs, glaciers,

  montagnes.

P1040100

 

 

  P1040103

 Les maisons sont toutes en bois entourées de barrières aussi en bois, les rues sont larges et désertes. On apprend que le conflit n'est pas fini du tout, il n'y a plus de carburant ;

 

P1040113

 

on passe 4 jours dans une famille très militante qui nous informe du problème de la Patagonie qui dure depuis des années : la région est très isolée, loin de tout et par conséquent tout est beaucoup plus cher que dans le reste du pays : l'électricité, le carburant, la nourriture … et les salaires sont les mêmes que dans le nord, ils n'ont aucune subvention ; ils demandent des salaires régionalisés ; les hôpitaux n'ont pas de spécialistes, pas de maternité... et de plus le gouvernement veut construire des centrales électriques en Patagonie , ce qui implique des lignes à haute tension qui traverseront le pays pour alimenter les mines du nord et Santiago. La Patagonie sera défigurée et n'en tirera aucun bénéfice. Ils n'ont pas vu de touristes ici depuis plus de 15 jours ; c'est sûr, il n'y a pas de carburant et il n'y a que des cinglés comme nous pour venir dans ce cul de sac.

 

P1040147

 

 

 On est là maintenant depuis 5 jours à attendre qu'un bateau nous fasse traverser le Lago O'Higgins pour rentrer en Argentine. De l'autre coté du lac, en temps normal, des chevaux portent les sacoches pour aller jusqu'au Lago Desierto, et on doit pousser nos vélos parce que le chemin est très étroit, mais vu les conditions actuelles, on devra se débrouiller tout seuls avec vélos et sacoches... La suite de l'aventure dans quelques jours....

bisous à tous . P1030853

 

 

 

 

P1040051

un monsieur rencontré qui me suggérait d'échanger Pierre contre lui...

 

 

P1040029

 

P1030888

 

Commenter cet article

brigitte 22/04/2012 00:07

J'etais a Villa O'Higgins en janvier et j'ai rencontre ce meme monsieur sur le ferry!!!! Il voulait m'importer pour que je m'occupe de sa ferme car "les Chiliennes sont trop paresseuses (!) et trop
grosses".
Cela ne s'invente pas!

catherine DURAND 09/03/2012 20:09

échanger pierre ???? ah non je préfère moi les boucles de pierre , super vous avancez bien et la rencontre de la population est très intéressante , ah oui la patagonie sera défiguré , je rêve avec
vos photos de patagonie , il me semble que vous êtes au bout du monde , bisous à tout les deux cathy

Docno75 07/03/2012 18:03

On a l'impression que vous êtes au bout du monde, mais ce n'est que la fin de la Carretera ! Félicitations de vous être accrochés pour arriver à ce terminus chilien malgré les difficultés de la
météo et des conflits locaux ! J'attends vos réactions de l'autre côté en Argentine quand vous longerez le Fitz Roy, je crois que c'est un moment fort du voyage en Patagonie, Bernard et Mireille
l'avait vu sous des cieux dantesques il y a 3 ans ! Bon courage, on vous embrasse bien fort,

JN

Mimijolie 05/03/2012 18:05

Ah, je te reconnais bien là ma Suzon: ne pas te laisser tournebouler la tête par le 1er Patagon(ien?) venu (attends de voir le second!?!...). Je te reconnais bien là aussi: tu ne regardes que le
paysage ('faut reconnaître que c'est magnifique!)et les mollets de ton Doudou! Les petites maisons en bois sont sympas aussi: on a envie de s'y calfeutrer avec ... qui on veut d'ailleurs!
Gavez-vous bien d'images, d'odeurs, de tout ça et de bonheur...
Grosse bise, Mimilajolie

framboise 05/03/2012 15:56

Ah ... que je rêve moi aussi de cette Patagonie où j'irais bien faire les Don Quichotte sur les routes du songe, des mythes et des chemins de l'errance .... Bon ! on a des news en direct live de
nos deux Don Quichotte sur place... c'est super ... je me consolerais pendant mon séjour à Paris ce mois ci, au musée du quai Branly, en allant voir l'expo (jusqu'à mi mai)sur la Patagonie "Images
du bout du monde entre réel et fiction".
On devient addict de vos reportages .... on attend déjà le suivant .... bon vent -